Sommaire des fiches pratiques

Acteurs et organismes

Mise à jour le 27/03/2023 13:59:48 – par la Maison de l’autisme

Il existe en France de nombreuses structures pour accompagner au mieux les personnes autistes dans leur quotidien. Ces acteurs travaillent à différents niveaux : national, départemental, local… auprès des enfants comme des adultes autistes.

Si vous êtes une personne autiste, ou parent d’un enfant autiste, vous serez sûrement amené à rencontrer ces acteurs ou avoir besoin de leurs services. Obtenir des informations, des aides financières, des accompagnements, des références médicales, une orientation scolaire ou professionnelle… A de nombreuses occasions, vous trouverez ces différents acteurs sur votre parcours de personne autiste ou de proche aidant. On vous aide à y voir plus clair avec un tour d’horizon des organismes impliqués dans l’accompagnement des personnes autistes.

La Maison Départementale pour les Personnes Handicapées (MDPH)

La Maison Départementale pour les Personnes Handicapées exerce une mission d’information, d’accueil, d’accompagnement et de conseil auprès des personnes handicapées et de leur famille. Elle œuvre également à la sensibilisation de tous les citoyens aux handicaps. Elle est l’organisme qui vous accompagne dans la reconnaissance de votre statut de personne handicapée et dans la mise en place de vos démarches (RQTH, AAH, PCH…) via sa Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH). Il existe une MDPH par département.

La MDPH et l’autisme

Les différentes missions de la MDPH sont, pour les personnes avec un diagnostic d’autisme comme pour tout handicap de :

  • Informer et accompagner les personnes handicapées et leurs familles dès l’annonce du handicap et tout au long de son évolution.
  • Mettre en place et organiser une équipe pluridisciplinaire qui évalue les besoins de la personne sur la base d’un projet de vie et propose un plan personnalisé de compensation du handicap.
  • Assurer l’organisation de la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) et le suivi de la mise en œuvre de ses décisions, ainsi que la gestion du fonds départemental de compensation du handicap.
  • Recevoir toutes les demandes de droits ou prestations qui relèvent de la compétence de la CDAPH.
  • Organiser les missions de conciliation par des personnes qualifiées.
  • Assurer le suivi de la mise en œuvre des décisions prises.
  • Organiser les actions de coordination avec les dispositifs sanitaires et médico-sociaux et désigner en son sein un référent pour l’insertion professionnelle.
  • Évaluer les besoins de compensation de la personne handicapée sur la base de son projet de vie et de référentiels nationaux.

Comment la contacter ?

Pour bénéficier des aides de la MDPH, la personne en situation de handicap doit avoir été diagnostiquée par un professionnel de santé (généraliste, psychiatre…). Une fois ce diagnostic établi, il faut prendre contact avec la MDPH de son département chargée d’accompagner la personne handicapée dans ses démarches et remplir le dossier de demande de droits ou prestations.

Pour en savoir plus sur les actions de la MDPH, vous pouvez consulter le site Mon Parcours Handicap.

L’Agence régionale de santé (ARS)

Une Agence régionale de santé est un établissement public administratif chargé de la mise en œuvre de la politique de santé dans sa région. Elles sont moralement et économiquement autonomes et placées sous la tutelle des ministères chargés des affaires sociales et de la santé.

L’action des Agences régionales de santé est incarnée par les projets régionaux de santé élaborés en concertation avec l’ensemble des acteurs de santé dans les régions. Ils définissent la stratégie régionale de santé, organisent et programment sa mise en œuvre opérationnelle et fixent les ambitions et les priorités régionales de santé.

Les ARS et l’autisme

Il y a des référents autisme- troubles du neurodéveloppement dans chaque agence chargés de déployer les mesures de la stratégie nationale (dispositifs scolaires autisme, PCO, logement, habitat inclusif, consultations dédiées, plateformes de répit/relais, pilotage des CRA…)

Comment contacter l’ARS ?

Les agences sont des autorités de tarification et de contrôle. A ce titre, elles peuvent être saisies par les usagers des ESMS et établissements sanitaires en cas de dysfonctionnements (maltraitance en établissement médico-social, non application des recommandations de bonne pratique de la HAS…) : les procédures en vigueur sont en ligne sur les sites internet des agences.

La caisse d’allocations familiales (CAF)

Les caisses d’allocations familiales (CAF) gèrent les allocations familiales du régime général de la Sécurité sociale.

Les missions de service public de la CAF sont :

  • Le soutien financier des parents en versant les prestations sociales.
  • Le soutien technique et financier des collectivités locales pour le développement des structures de loisirs et d’accueil de l’enfant (crèches, centre de loisirs, etc.).
  • L’accompagnement des parents dans l’exercice de la fonction parentale afin de renforcer le lien entre la famille et l’école.
  • L’aide au logement pour les revenus modestes afin de pouvoir contribuer à l’installation, l’équipement et l’amélioration de leur habitat.
  • L’accompagnement de ses travailleurs sociaux pour les familles confrontées à des difficultés d’accès et de maintien dans le logement.
  • Le soutien des centres sociaux et structures d’animation de la vie sociale pour faciliter l’intégration des familles dans la vie collective.
  • La contribution à l’autonomie et à l’insertion sociale et professionnelle des personnes et des familles.
  • Le soutien des personnes et familles confrontées à la maladie ou au handicap.
  • L’accompagnement des personnes ou familles en situation de précarité afin de faciliter leur retour ou leur maintien dans l’emploi.

Comment entrer en contact ?

Vous êtes rattaché à une antenne précise de la CAF en fonction de votre lieu de résidence. Il existe plusieurs antennes de la CAF au sein d’un même département et au sein des plus grandes villes. Il y a plusieurs façons de trouver le bureau CAF dont on dépend :

  • Par internet : La CAF a créé une carte de France recensant l’ensemble des points d’accueil du territoire. Il est possible d’effectuer une recherche par code postal ou par ville afin de trouver l’antenne à laquelle l’assuré est affilié. Il est également possible de contacter les services de la CAF via le site internet, soit en passant par son compte personnel ou via le formulaire de contact pour les personnes n’ayant pas créé d’espace.
  • Par téléphone : Il est possible de téléphoner aux services de la CAF afin de connaître l’antenne à laquelle est rattaché un allocataire. Il existe un numéro gratuit et national : le 3230.
  • Sur place : Il est possible de se rendre à l’antenne CAF la plus proche de son domicile pour se faire confirmer son rattachement auprès de ces bureaux. L’ensemble des adresses des centres d’accueil de la CAF sont listées sur le site internet de l’organisme.

Certaines procédures ou démarches sont également dématérialisées. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site internet de la CAF.

Le centre d’action médico-sociale précoce (CAMSP)

Pour qui ?

Enfants de 0 à 6 ans

Pour quoi faire ?

Le Centre d’Action Médico-Sociale Précoce a pour mission le dépistage, le diagnostic et la prise en charge des enfants âgés de 0 à 6 ans présentant des difficultés de développement. Il est composé d’une équipe pluridisciplinaire (pédopsychiatre, psychologue, éducateur spécialisé, orthophoniste, psychomotricien, assistant social) La totalité des interventions réalisées par les CAMSP est prise en charge par l’Assurance Maladie.

La plupart des CAMSP sont polyvalents : ils accueillent l’ensemble des enfants quels que soient leurs troubles et leurs besoins. Il existe également des CAMSP spécialisés ou avec des sections spécialisées.

Les CAMSP couvrent la quasi-totalité du territoire national avec 342 services et antennes. Tous les départements ont au moins un CAMSP. Toutefois, il existe des inégalités territoriales dans cette répartition. En effet, il y a des zones pour lesquelles il n’y a pas de CAMSP à moins de 50 km, essentiellement en milieu rural, et particulièrement à l’ouest du territoire français métropolitain.

Comment m’y adresser ?

les parents s’adressent directement au CAMSP et inscrivent leur enfant, sans avoir à saisir la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Les interventions réalisées ne nécessitent pas l’avance de frais pour les parents et les frais de transport liés aux soins ou traitements sont également pris en charge par l’Assurance Maladie. Vous pouvez consulter l’annuaire de tous les CAMSP en ligne.

Les CAMSP sont de statut public ou privé à but non lucratif. Ils bénéficient d’un double financement : Assurance Maladie et Conseil départemental au titre de la prévention.

La Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA)

La caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) est un établissement public qui contribue au financement de l’aide à l’autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées en versant aux conseils départementaux une dotation pour le fonctionnement des MDPH.

La CNSA et l’autisme

En ce qui concerne le handicap et de l’autisme, les principales missions du CNSA sont les suivantes :

  • Pilotage du site Mon Parcours Handicap
  • Lancement et financement d’appels à projet dans le champ du handicap
  • Pilotage de la politique de déploiement des groupes d’entraide mutuelle (GEM)
  • Financement des formations proche aidants de personnes autistes pour les CRA
  • Financement de projets de recherche en sciences humaines et sociales
Le centre médico-psychologique (CMP)

Pour qui ?

Enfants et adultes

Pour quoi faire ?

Les centres médico-psychologiques sont des unités d’accueil et de coordination pour des soins psychiatriques en milieu ouvert, offrant prévention, diagnostic, soins ambulatoires et interventions à domicile. Il est composé d’une équipe pluridisciplinaire (pédopsychiatre, psychologue, éducateur spécialisé, orthophoniste, psychomotricien, assistant social), et propose un accès au bilan diagnostique, des consultations et des soins. Il existe des CMP pour enfants et adolescents (0 à 16 ans) et des CMP pour adultes (à partir de 16 ans).

Le rôle principal des CMP est de venir en aide aux personnes en situation de vulnérabilité psychologique ou psychiatrique. Toute personne concernée par des troubles neurodéveloppementaux ou psychiques peut consulter ou être accueillie dans un centre médico-psychologique. Chaque personne, en fonction de son lieu d’habitation, dépend du CMP de son secteur.

Comment m’y adresser ?

Généralement, c’est un professionnel qui connaît l’enfant, qui vous conseille de vous orienter vers un CMP : le médecin, le pédiatre, l’école… Un CMP est en accès direct, il suffit de prendre rendez-vous et les séances sont gratuites, entièrement financées par l’Assurance maladie.

L’accueil se fait de préférence sur rendez-vous ; l’équipe du CMP répond également à toute situation urgente ou non programmée. Le premier entretien est réalisé par un professionnel de santé qui évalue la demande. Des rendez-vous sont ensuite programmés dans des délais adaptés à la nécessité des soins.

Le centre médico-psycho-pédagogique (CMPP)

Pour qui ?

Enfants, adolescents, jeunes adultes jusqu’à 20 ans.

Pour quoi faire ?

Le Centre Médico-Psycho-Pédagogique est un lieu de diagnostic et de soins qui s’adresse aux enfants et adolescents ayant des difficultés de langage, de l’apprentissage, des troubles psychomoteurs, etc. Ils regroupent des équipes pluridisciplinaires et proposent une offre de soins médico-sociaux pour les personnes présentant un trouble neurodéveloppemental ou en souffrance psychique, pris en charge intégralement par la sécurité sociale.

Ils peuvent être gérés par des associations loi de 1901 de tailles très diverses, allant de l’association gérant un établissement à de grandes associations d’audience nationale (APF, APAJH, les PEP, Croix Rouge, Groupe SOS) mais également par des collectivités territoriales (municipalités, conseils départementaux) ou de grands organismes (SNCF, CAF, etc.). Leur financement est assuré par l’Assurance Maladie.

Comment m’y adresser ?

L’inscription se fait en contactant directement chaque CMPP qui propose un rendez-vous d’inscription. Le financement des séances est assuré en totalité par la CPAM à laquelle l’enfant ou sa famille est affilié(e) sur prescription d’un médecin du CMPP.

La caisse primaire d’assurance maladie (CPAM)

Une caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) est un organisme lié à la santé et exerçant une mission de service public. La CPAM garantit un accès universel aux droits et permet l’accès aux soins.

Les différentes missions de la CPAM :

  • Affilier les assurés sociaux à l’Assurance Maladie.
  • Gérer les droits à l’assurance maladie des assurés sociaux.
  • Effectuer le versement des prestations dues à chaque assuré, des remboursements de soins médicaux ou d’avances de frais médicaux pour maladie, maternité, décès, accident du travail ou invalidité.
  • Mettre en œuvre des campagnes de prévention.
  • Mettre en œuvre la politique d’action sanitaire et sociale par des aides collectives aux associations ou par des aides individuelles aux assurés.

CPAM et autisme

Dans le domaine de l’autisme et des troubles du neurodéveloppement, l’assurance maladie est également mobilisée pour sensibiliser tous les médecins de 1ère ligne, notamment les généralistes et les pédiatres aux signes d’alerte via les délégués de l’assurance maladie qui diffusent le livret 0-6 ans.

Comment entrer en contact ?

La caisse primaire d’assurance maladie est répartie dans chaque département, de façon à proposer un service de proximité à tous les usagers. Pour trouver les coordonnées de celle dont vous dépendez, rendez-vous sur le site Ameli.fr.

L’équipe mobile autisme (EMA)

Pour qui ?

Les adultes

Pour quoi faire ?

Une équipe mobile autisme est une équipe pluridisciplinaire dont les missions peuvent être le diagnostic et l’accompagnement des personnes autistes adultes, ainsi que l’intervention en soutien aux professionnels ou aux aidants. Une grande moitié des EMA est administrée par des associations gestionnaires d’établissements médico-sociaux. Les autres sont des équipes hospitalières. Les EMA accompagnent à tous les âges de la vie. Elles sont étroitement associées au champ des troubles du neurodéveloppement et de la déficience intellectuelle, mais peuvent accompagner également des personnes avec autisme sans déficience intellectuelle. La grande majorité des EMA couvre un territoire départemental.

Les EMA ont une mission d’interface et de tiers entre les différents intervenants sur une situation clinique complexe (famille, établissements et services médico-sociaux, services hospitaliers, etc.). Cette mission comprend l’évaluation fonctionnelle de la personne, la réalisation d’une synthèse clinique et/ou la transmission d’outils d’accompagnement spécifiques à l’autisme. Certaines EMA participent au repérage diagnostique de l’autisme avec ou sans déficience intellectuelle. Parfois, elles sont organisées pour effectuer un accompagnement thérapeutique régulier (psychologique, psychiatrique, psychomoteur, vers l’emploi ou vers l’autonomie). Les EMA ont vocation à transmettre leurs compétences spécialisées à l’ensemble des acteurs et à participer à l’amélioration de l’accompagnement de l’autisme en France.

Quand la situation le nécessite, l’EMA peut intervenir rapidement notamment pour prévenir les hospitalisations en psychiatrie et les ruptures de parcours. Les déplacements se font la plupart du temps en binôme. Les EMA se composent principalement de psychologues, infirmiers, éducateurs spécialisés, psychomotriciens, assistants de service social et médecins (psychiatres mais aussi médecins généralistes).

Le bénéfice final pour l’usager repose autant sur l’évaluation clinique que sur la capacité à orienter vers des établissements ou des services adaptés, l’obtention d’aides sociales ou la représentation auprès des tutelles administratives. Les professionnels peuvent se déplacer à domicile, dans les établissements médico-sociaux (IME, foyer de vie, foyer d’accueil médicalisé, MAS, etc.), et services hospitaliers. Les EMA sont fortement reliées aux Centres de Ressources Autisme (CRA), auprès desquels elles peuvent actualiser leurs connaissances.

Comment m’y adresser ?

L’admission se fait sur notification de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Les demandes peuvent être transmises par la personne, sa famille ou son représentant légal à la MDPH ou l’EMA. La durée de l’intervention est de 4 ans maximum, selon les objectifs du projet individualisé d’accompagnement. Il existe une association des EMA nommée association francophone des unités mobiles autisme (AFUMA). Elle a pour objectif la mutualisation des moyens et l’amélioration des connaissances pour soutenir la pratique des professionnels des EMA.

Les établissements et services médico-sociaux (ESMS)

Selon l’âge et la situation de la personne autiste, il existe différentes structures pouvant l’accompagner et l’aider à mettre en place les interventions nécessaires à son quotidien.

Les établissements et services médico-sociaux accompagnent les personnes handicapées.

Ces établissement et services médico-sociaux proposent un accompagnement adapté aux besoins de la personne handicapée. Ces établissements et services sont organisés en fonction du type de handicap, de l’âge et des besoins particuliers des personnes.

La Haute Autorité de Santé (HAS)

La Haute Autorité de Santé (HAS) est une autorité publique indépendante qui contribue à la régulation du système de santé par la qualité.

Son rôle est d’évaluer les médicaments, les dispositifs médicaux et les actes en vue de leur remboursement, recommander les bonnes pratiques, élaborer des recommandations de santé publique, mesurer et améliorer la qualité des hôpitaux, des cliniques, de la médecine de ville et des établissements sociaux et médico-sociaux.

La HAS et l’autisme

La Haute Autorité de Santé est également chargée des recommandations de bonnes pratiques professionnelles (RBPP) pour le secteur social et médico- social. Ce sont des propositions développées méthodiquement pour permettre aux professionnels du secteur de faire évoluer leurs pratiques afin d’améliorer la qualité des interventions et de l’accompagnement. Elle a ainsi publié les RBPP concernant le repérage et le diagnostic de l’autisme chez l’enfant et l’adulte, ainsi que les recommandations de prise en charge médicale.

Pour en savoir plus sur les recommandations de bonnes pratiques professionnelles (RBPP), cliquez ici.

L’institut médico-éducatif (IME)

Pour qui ?

Enfants et adolescents de 3 à 20 ans avec déficience intellectuelle

Pour quoi faire ?

Un Institut Médico-Éducatif est un établissement médico-social assurant accueil, éducation et enseignement à des enfants en situation de handicap. Les IME ont pour mission la surveillance médicale régulière, générale des enfants et adolescents et l’accompagnement de leurs situations de handicap, l’enseignement, le développement de leur autonomie et de leurs compétences en matière de communication et de socialisation.

Les IME sont le plus souvent gérés par des associations. Les Agences Régionales de Santé (ARS) exercent un contrôle continu sur les activités et évaluent la qualité de leurs pratiques et de leur gestion administrative et financière. Les établissements disposent souvent d’un agrément spécialisé pour accompagner certains types de handicap.

Comment m’y adresser ?

Pour bénéficier d’une orientation en IME, l’enfant doit avoir eu une notification de la MDPH. Il faut ensuite s’adresser directement à l’établissement pour connaître les modalités et délais d’inscription.

L’unité mobile interdépartementale (UMI)

Pour qui ?

Adultes avec autisme ou autre troubles du neurodéveloppement

Pour quoi faire ?

L’UMI est un service d’action rapide composé d’une équipe légère et pluridisciplinaire (un médecin psychiatre, un éducateur-coordinateur, une infirmière, une psychologue, une assistante sociale et une secrétaire). Elle intervient, de façon souple et réactive, auprès de personnes avec autisme ou d’autres troubles du neurodéveloppement, et ce avec l’accord de toutes les parties, à la demande des parents ou d’un professionnel (sanitaire, médico-social, social, etc.).

Elle développe en priorité des solutions alternatives à l’hospitalisation psychiatrique et mène auprès des familles concernées des actions de prévention, d’évaluation, d’apaisement et de réinsertion. L’objectif de ces équipes est de faciliter l’accès aux soins (courants et hospitaliers) pour les personnes en situation de handicap vivant à domicile et en établissement – et de fluidifier les relations entre le secteur sanitaire (notamment hospitalier) et le secteur médico-social en construisant des collaborations pour assurer la continuité des soins entre le milieu hospitalier et extrahospitalier. Le financement des UMI est assuré par l’Agence régionale de santé (ARS).

Comment m’y adresser ?

L’UMI peut être interpellée, soit directement par les familles, soit par un professionnel, quel que soit son champ d’intervention (sanitaire, médico-social, social…) rencontrant des situations complexes avec des personnes autistes.

Le rectorat

Le rectorat est la direction des services de l’Éducation nationale à l’échelon de l’académie. Il met en œuvre dans l’académie la politique éducative définie au niveau national. Il a autorité sur le premier degré (écoles maternelles et élémentaires) et le second degré (collèges et lycées).

Dans chaque académie, un recteur est nommé par un décret du Président de la République en Conseil des ministres. Le recteur dans son académie représente les ministres chargés de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

L’académie

Une académie est une circonscription administrative du ministère de l’Éducation nationale et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche. Chaque académie fait partie d’une région académique.

Dans chaque département, les compétences du recteur sont déléguées à un inspecteur d’académie – Directeur académique de l’Education nationale (IA-DASEN) pour l’administration des établissements primaires et secondaires (écoles, collèges, lycées, lycées professionnels).

France Travail

France Travail a pour mission d’accompagner tous les demandeurs d’emploi dans leur recherche jusqu’à l’obtention d’un emploi. France Travail assure aussi le versement des allocations aux demandeurs indemnisés, aide les entreprises dans leurs recrutements et recouvrer les cotisations.

Les conditions pour l’inscription à France Travail sont :

  • Être en âge de travailler (à partir de 16 ans).
  • Être physiquement apte à travailler et déclarer un domicile en France.
  • Pour les travailleurs étrangers vous devez être titulaire d’un titre de séjour permettant de travailler en France et vous inscrire à Pôle emploi.

Pour quoi faire ?

France Travail propose :

  • De vous inscrire et étudier les droits en matière d’allocations chômage des demandeurs d’emploi.
  • De vous renseigner et accompagner chacun(e) dans ses démarches de recherche d’emploi.
  • De mettre à disposition des informations, des moyens matériels, des prestations d’aide au retour à l’emploi et des formations.

Comment entrer en contact ?

L’inscription à France Travail peut se faire par internet. Sur la page d’accueil cliquez sur le lien « m’inscrire/me réinscrire » dans la rubrique « Candidat ». En complétant le formulaire en ligne, votre espace personnel sera automatiquement créé et vous permettra d’accéder à un ensemble de services et d’informations personnalisées.

Si vous n’avez pas accès à Internet, vous pouvez effectuer votre inscription en ligne dans votre agence France Travail, à partir des ordinateurs mis à votre disposition en libre accès. Vous pouvez également scanner et transmettre les documents demandés à la suite de l’inscription.

Cap emploi

Pour qui ?

Les personnes en situation de handicap en recherche d’emploi

Pour quoi faire ?

Les Cap emploi sont des organismes de placement spécialisés (OPS) exerçant une mission de service public. Ils sont chargés de la préparation, de l’accompagnement, du suivi durable et du maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap.

Ils s’adressent aux personnes handicapées bénéficiaires d’une RQTH qui sont en recherche d’emploi, salariés, agents publics ou travailleurs indépendants souhaitant engager une reconversion professionnelle ainsi qu’aux employeurs privés ou publics, quel que soit l’effectif de l’entreprise.

Comment entrer en contact ? Si vous souhaitez bénéficier de l’aide gratuite de Cap emploi, que vous soyez un particulier ou une entreprise, vous devez contacter directement l’organisme de votre département. Vous pouvez trouver les coordonnées en cliquant ici.

La mission locale

Pour qui ?

Les jeunes de 16 à 25 ans en recherche d’insertion professionnelle et sociale

Pour quoi faire ?

Les missions locales sont présentes sur l’ensemble du territoire national. Ils exercent une mission de service public de proximité afin de permettre à tous les jeunes de 16 à 25 ans de surmonter les difficultés qui font obstacle à leur insertion professionnelle et sociale.

Les missions locales font partie du service public de l’emploi et entretiennent des relations privilégiées avec Pôle emploi dans le cadre d’un partenariat renforcé. Elles s’appuient sur des dispositifs mis en place par l’État et les collectivités territoriales pour accompagner chaque jeune vers l’insertion.

Comment entrer en contact ?

Consultez l’annuaire des missions locales.

L’Établissement et service d’aide par le travail (ESAT)

Pour qui ?

Les adultes en situation de handicap

Pour quoi faire ?

Un établissement et service d’aide par le travail est une structure qui permet aux personnes en situation de handicap d’exercer une activité professionnelle tout en bénéficiant d’un soutien médico-social et éducatif dans un milieu protégé.

Les ESAT accueillent des personnes dont les capacités de travail ne leur permettent pas de travailler dans une entreprise ordinaire ou adaptée ou d’exercer une activité professionnelle indépendante. Les personnes orientées vers un ESAT sont des personnes handicapées dont la capacité de travail est inférieure à un tiers de la capacité d’une personne valide.

Les ESAT sont gérés par des associations privées à but non lucratif. Un ESAT est à la fois, un établissement médico-social, auquel est appliqué le code de l’action sociale et un établissement de mise au travail qui peut être considéré comme une entreprise. Le financement des ESAT est assuré par l’objectif national des dépenses d’assurance maladie. Le budget de la CNSA intègre donc désormais les dotations destinées à leur fonctionnement.

Comment m’y adresser ?

Pour être admis dans un ESAT, vous devez vous adresser à la maison départementale des personnes handicapées (MDPH) de votre lieu de résidence. Votre demande sera transmise à la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH).

L’entreprise adaptée (EA)

Pour qui ?

Adultes en situation de handicap

Pour quoi faire ?

L’entreprise adaptée est une entreprise du milieu ordinaire de travail avec la particularité d’employer une proportion de travailleurs handicapés dans l’effectif de l’entreprise. En contrepartie, l’entreprise adaptée perçoit des aides financières pour l’emploi de chaque travailleur en situation de handicap.

Comment entrer en contact ?

Pour être embauché, vous devez avoir obtenu la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH) et être sans emploi. Les conditions de travail sont adaptées à vos capacités liées à votre handicap.

Vous pouvez consulter l’annuaire en ligne des entreprises adaptées.

Le conseil régional

Le conseil régional gère les affaires de la région. Il a des compétences notamment dans le domaine des lycées, des transports dits « régionaux » et de l’action économique.

Conseil régional et autisme

Vous pouvez être amené à solliciter le conseil régional lors de vos démarches administratives, par exemple, pour une demande de transport adapté.

Le conseil départemental

Le conseil départemental gère les affaires du département. Il exerce des compétences notamment dans le domaine des collèges, de la Maison Départementale des Personnes Handicapées, de l’Aide Sociale à l’Enfance, la Protection Maternelle et Infantile, et l’habitat partagé. Il finance également les CAMSP (à hauteur de 20%) et les établissements pour adultes handicapés.

Conseil départemental et autisme

Vous pouvez être amené à solliciter le conseil départemental lors de vos démarches administratives, par exemple, pour une demande de logement social.

La mairie

La mairie est une collectivité territoriale aux attributions multiples : état-civil, urbanisme et logement, écoles et équipements, activités culturelles, santé et aide sociale, police, etc.

La mairie est également responsable des locaux des écoles et de l’accueil périscolaire.

Mairies et autisme

L’association des maires de France a publié récemment un guide pratique, afin d’accompagner les maires et les présidents d’intercommunalité à développer encore davantage les dispositifs en faveur de l’inclusion des personnes autistes. Il est consultable à cette adresse.

Le centre communal d’action sociale (CCAS)

Les CCAS constituent l’outil principal des municipalités pour mettre en œuvre les solidarités et organiser l’aide sociale au profit des habitants de la commune. Ainsi, le rôle du CCAS est de lutter contre l’exclusion, d’accompagner les personnes âgées, de soutenir les personnes souffrant de handicap et de gérer différentes structures destinées aux enfants.

Les missions du centre communal d’action sociale sont :

  • Accompagner l’attribution de l’aide sociale légale (instruction des dossiers de demande, aide aux démarches administratives…).
  • Dispenser l’aide sociale facultative (aide alimentaire, micro crédit social…), fruit de la politique d’action sociale de la commune.

CCAS et autisme

Le CCAS dispose d’assistants sociaux afin de vous aider à la rédaction de différents formulaires et démarches administratives en lien avec le handicap.

Comment le contacter ?

Mettez-vous en relation avec la mairie de votre ville de résidence pour avoir les coordonnées du CCAS.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux